English

Accueil > Sciences pour tous > Séismes, failles, ondes > Relations entre mouvements de terrain, failles et séismes dans la région grenobloise



Rechercher

OSUG - Terre Univers Environnement

Relations entre mouvements de terrain, failles et séismes dans la région grenobloise

par Agnès HELMSTETTER - 25 mars 2011 ( dernière mise à jour : 22 mars 2017 )

Plusieurs mouvements de terrain actifs autour de Grenoble sont localisés à proximité de failles actives (Cliquer sur l’image pour l’agrandir) :

JPEG - 900.9 ko
Position de la faille bordière de Belledonne et les principaux séismes dans la région grenobloise depuis un siècle.

 

Les glissements sont fréquents dans les argiles du Trièves, à proximité de la limite sud de la faille de Belledonne.

Cette faille pourrait produire un séisme de magnitude 6 avec un taux de récurrence moyen estimé à 10000 ans.
En 1963, un séisme de magnitude proche de 5 à eu lieu à Monteynard, sans doute consécutif au remplissage du lac, tout près des mouvements de terrain d’Avignonet et de l’Harmalière. Un an avant un séisme de magnitude estimée à 5.3 avait eu lieu à Corrençon dans le Vercors, à environ 12 km au Nord Ouest d’Avignonet. Ces séismes n’ont pas déclenché d’instabilité gravitaire.

 

Le mouvement de terrain de Séchilienne est aussi très proche de la faille de Belledonne.

Depuis l’installation du réseau sismologique en mai 2007, nous avons détecté
des centaines de petits séismes localisés sur cette faille à moins de 10 km de Séchilienne, de magnitude ≤ 2.5. En 1999, un séisme de magnitude 3.5 a eu lieu à Laffrey, à seulement 7 km du mouvement de terrain de Séchilienne. Depuis que ce mouvement est instrumenté, nous n’avons toutefois pas détecté d’accélération significative du mouvement déclenchée par un séisme.
Depuis l’installation du réseau sismologique en 2007, nous n’avons pas non plus observé d’augmentation du nombre d’éboulements ou de micro-séismes (interne au glissement) après un séisme. Par contre, un séisme de magnitude > 5 proche de Séchilienne pourrait probablement déclencher des éboulements, dont la taille pourrait atteindre plusieurs millions de mètres cubes, ce qui provoquerait un barrage naturel de la Romanche.

- En savoir plus sur la faille de Belledonne

 

Observer et surveiller ces zones à risque.

L’objectif de l’Observatoire Multi-disciplinaire des Instabilités de Versant (OMIV) est l’acquisition des données et leur mise en accès pour étudier la dynamique des mouvements gravitaires. OMIV n’a cependant pas pour objectif la surveillance en temps réel des mouvements de terrain. Peu de données sont donc transmises en temps réel.

La surveillance du mouvement de terrain de Séchilienne et l’alerte sont gérées par le CEREMA Centre-Est à partir de mesures continues du déplacement transmises en temps réel.

Les données sismologiques de Séchilienne d’OMIV sont récupérées sur le terrain environ tout les deux mois. Elles sont ensuite analysées plus ou moins automatiquement et les signaux détectés sont classifiés suivant plusieurs catégories (séisme, micro-séismes internes au glissement et éboulements). La base de données sismologique est mise à jour tous les 2 mois environ et est accessible sur le site web d’OMIV.

En cas de séisme important proche de Séchilienne, ou de crise importante (accélération du mouvement, pluies intense, augmentation de l’activité micro-sismique…), on peut toutefois récupérer en temps réel les données d’une des 3 stations par modem 3G.

L’intérêt de ces données serait d’une part de pouvoir analyser les signaux du séisme et de ses répliques. Si le séisme avait lieu sur la partie Sud de la faille de Belledonne cette station serait la plus proche du séisme. On pourrait ainsi obtenir en quelques heures la liste des séismes détectés avec une estimation de leur magnitude. D’autre part, ces données sismologiques récupérées et analysées en temps réel permettraient d’étudier la réponse du mouvement de terrain au séisme. On pourrait produire la liste des éboulements et micro-séismes déclenchés et une estimation de leur taille.

 

Références :

Grasso, J.-R., F. Guyoton, J. Fréchet, and J.-F. Gamond (1992). Triggered earthquakes as stress gauge : implication for the upper crust behaviour in the Grenoble area. Pageoph 139, 579–605.

Helmstetter, A. and S. Garambois, Seismic monitoring of Séchilienne Rockslide (French Alps) : analysis of seismic signals and their correlation with rainfalls, J. Geophys. Res., 115, F03016, doi:10.1029/2009JF001532 (2010)

Thouvenot, F., J. Fréchet, L. Jenatton, and J.-F. Gamond (2003). The Belledonne Border Fault : identification of an active seismic strike-slip fault in the western Alps, Geophys. J. Int. 155, 174–92

 







Sous la tutelle de :

JPEG JPEGJPEG JPEGJPEG



Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | @2019 OSUG