ISTerre TV

99:99

jeudi 22 juin 2017

À la une du site http://isterre.fr

  • Peter van der Beek reçoit le prix "Humboldt Research Award"
  • Toutes nos félicitations à Peter van der Beek, qui vient de recevoir le "Humboldt Research Award" décerné par la Fondation Alexander von Humboldt.
    Cette distinction est une reconnaissance à vie des découvertes fondamentales, théories et idées menées dans la recherche à ce jour. Enseignant-chercheur à l’Université Grenoble Alpes, Peter van der Beek mène en effet des recherches à ISTerre en géomorphologie, tectonique et thermochronologie, qui pourraient avoir un impact significatif dans le champ des (...)

  • Quand la déformation stocke l’eau dans les profondeurs de la Terre
  • En tant que composant caractéristique de la planète Terre, l’eau participe à de nombreux processus géologiques tels que la fusion partielle, les minéralisations et le déclenchement des séismes. C’est pourquoi il est fondamental de comprendre les mécanismes de concentration - ou de distribution - des fluides aqueux au sein de la Terre Solide. A faible profondeur ( 10 km), il est maintenant admis que les failles conditionnent la circulation des fluides, soit en fournissant un réseau de conduits (...)

  • Découverte d’une faille géothermique avec des températures étonnamment élevées en Nouvelle Zélande
  • Le projet de forage DFDP (Deep Fault Drilling Projet) a permis de révéler l’existence d’une faille géothermique avec des températures étonnamment élevées et un grand potentiel de ressources géothermiques dans la région des alpes néo-zélandaises. Le gradient géothermique atteint près de 125°C/km, soit plus de 4 fois la valeur rencontrée habituellement à la surface de la Terre. La communauté scientifique française, avec notamment des chercheurs du laboratoire ISTerre a joué un rôle central dans l’acquisition de (...)

Séminaires 2017- 2018

Prochain rendez vous

lundi 26 juin 2017 - 14 h 00

Salle Dolomieu, Maison des Géosciences, 38400 Saint Martin d'Hères

  • Boris Gurevich - Curtin University/CSIRO
  • 4D CO2 monitoring and rock physics interpretation

  • Equipe organisatrice : Ondes et Structures

à venir

lundi 26 juin 2017 - 14 h 30

Salle Paul Gidon, Bâtiment Belledonnes, 73376 Le Bourget-du-Lac

  • Pierre-François Roux - Baker Hughes
  • Fracturation hydraulique : quelle information peut-on extraire de la sismicité induite ? Etat de l’art et perspectives.

  • Equipe organisatrice : Géophysique des volcans

vendredi 30 juin 2017 - 10 h 00

Salle Paul Gidon, Bâtiment Belledonnes, 73376 Le Bourget-du-Lac

  • Alexandra Kushnir - Institut de Physique du Globe de Strasbourg
  • Breaking through: How magma becomes permeable in the laboratory.

  • Equipe organisatrice : Géophysique des volcans

Anthony Astruc est ingénieur mécanique CNRS depuis juin 2016 à ISTerre, après une première expérience professionnelle à l’ESRF. Responsable de l’atelier mécanique, il conçoit et installe des réalisations et dispositifs mécaniques au sein du service Expérimentations pour répondre aux besoins des chercheurs. Ayant finalisé les projets ZoRo et Eden, il est rattaché à l’équipe Géodynamo, mais il répond également aux demandes ponctuelles des autres équipes (conception, fabrication, suivi et maintenance).

***

Anthony Astruc is a CNRS mechanical engineer since June 2016 in ISTerre, after his first professional experience at ESRF. Responsible for the mechanical workshop, he is designing and installing mechanical devices within the Experimentation department to meet researchers needs. Having completed the ZoRo and Eden projects, he is attached to the Geodynamo team, but also responds to specific requests from other teams (design, manufacturing, monitoring and maintenance).

Max Solazzo est arrivé à ISTerre début avril en tant qu’assistant ingénieur projeteur en génie mécanique.
Après 20 ans dans le privé dans les domaines mécanique, métallique et maritime, il a intégré le CNRS en 2011 comme concepteur pour trois projets de physique notamment : le détecteur de neutrinos Km3 et une boite de jonction sous-marine MEUST au Centre de physique des particules de Marseille ; et un ensemble de collimation NFS à l’Institut Pluridisciplinaire Hubert CURIEN de Strasbourg.
Au sein de notre laboratoire, Max a intégré l’équipe expérimentation, afin de participer aux études mécaniques, aux projets d’instrumentation scientifique, à la conception d’ensembles mécaniques et le suivi de leur réalisation.

***

Max Solazzo arrived at ISTerre at the beginning of April as an assistant engineer in mechanical engineering. After 20 years in private companies in mechanics, metal and marine sectors, he joined CNRS in 2011 as a designer for three physics projects notably : Km3 the neutrino detector and MEUST an underwater junction box at the Center for particle physics of Marseille ; and NFS a set of collimation at the Pluridisciplinary Institute Hubert CURIEN of Strasbourg.
In our laboratory, Max joined the experimentation team, to participate in mechanical studies, scientific instrumentation projects, design of mechanical assemblies and monitoring.

James Hollingsworth est chercheur CNRS à ISTerre depuis avril 2016 au sein de l’équipe Cycle sismique et déformations transitoires. Il s’intéresse à l’utilisation des images satellitaires pour mesurer la déformation causée par les séismes, et ainsi mieux comprendre les phénomènes jouant un rôle dans leur nucléation et leur propagation et mieux comprendre l’aléa sismique sur l’ensemble du globe. Récemment, le séisme de Kaikoura (Mw 7.8) survenu en 2016 en Nouvelle-Zélande a montré une rupture de surface très complexe. Les résultats de l’étude, publiée dans Geophysical Research Letters, ont justement été obtenus en confrontant la déformation superficielle observée (grâce à la géodésie et à la cartographie de terrain) et la déformation en profondeur révélée par la sismologie.

***

James Hollingsworth is a CNRS Researcher at ISTerre since April 2016 in the team Seismic cycle and transient deformations. He is interested in using optical satellite geodesy for measuring earthquake deformation, to learn about what controls earthquake nucleation and propagation. Ultimately, this help researchers better understand seismic hazard all over the world. Recently, Mw 7.8, 2016 Kaikoura (New Zealand) earthquake displayed a very complex surface rupture. The results of the study, have been published in Geophysical Research Letters, and highlight some of the problems in reconciling the observed surface deformation (from geodesy and field mapping) with deformation at depth as revealed by seismology.

Anciennement maître de conférence à l’Université de Lorraine, Laurent Truche est depuis septembre professeur à l’Université Grenoble Alpes. Il est co-animateur de l’équipe Minéralogie et Environnements, et responsable du parcours Géoressources du master Sciences de la Terre et des planètes, Environnement (STpE). A l’aide d’expérimentation et de modélisation numérique, il mène des recherches en géochimie des interactions eau/roche/gaz, appliquée au :
- stockage géologique : déchets radioactifs, hydrogène, CO2
- grands cycles géochimiques : soufre, azote, H2
- transport et dépôt des métaux dans la croûte terrestre (U, Terres Rares, W, Nb)
Il est également porteur d’un projet IDEX sur le stockage d’hydrogène dans les matériaux argileux, et partenaire de l’ANR "OASIS" sur les processus d’altération sur les lunes gelées de notre système solaire.

***

Previously lecturer at University of Lorraine, Laurent Truche is professor at University Grenoble Alps since September 2016. He is co-lead of the Team Mineralogy and Environments, and in charge of the Georessources stream the Master of Earth, Planets and Environment (STpE). Using experimentation and numerical modeling, he conducts research in geochemistry of water / rock / gas interactions, applied to :
- geological storage : radioactive waste, hydrogen, CO2
- large geochemical cycles : sulfur, nitrogen, H2
- transport and deposition of metals in the Earth’s crust (U, rare earth, W, Nb)
He is also PI of an IDEX project on the storage of hydrogen in clay materials, and partner of the ANR "OASIS" on the aqueous alteration processes ocurring on the icy moons of our solar system.

Après 3 années passées à l’Institut national de l’énergie solaire (INES), Anaïs Schneider a rejoint le laboratoire en 2014 en tant qu’assistante communication contractuelle pour ISTerre et le réseau sismologique et géodésique français RESIF au sein du service administratif.
En appui du service communication de l’OSUG, elle anime les sites web et intranet de ces deux structures, notamment les actualités diffusées à la une et sur la page Facebook d’ISTerre. Elle conçoit des supports de communication web et print pour tout projet de recherche nécessitant une meilleure visibilité, et organise des événements scientifiques (colloques, workshops, congrès...) mais également de vulgarisation scientifique en participant aux Rencontres Montagnes & Sciences.

***

After 3 years in the French national institute for solar energy (INES), Anaïs Schneider arrived at ISTerre in 2014 as a communication assistant for the lab and the French seismologic and geodetic network RESIF in the administration service.
In support of OSUG’s communication service, she feeds the websites and intranets of these two structures, in particular the news broadcasted on the home page and on ISTerre Facebook page. She designs web and print communication media for any research project requiring better visibility and organizes scientific events (symposiums, workshops, congresses ...) and also scientific popularization events by participating in the Mountains & Sciences Meetings.